Les passeurs de culturesUn voyage entre identité et altérité culturelle

Histoire d’éléphants au Laos

Le Laos est un pays que l’on appelait il y a moins d’un siècle « le pays au million d’éléphants ». Aujourd’hui, les éléphants du Laos ont en grande partie disparu à cause du braconnage pour les défenses qui servent à faire des bijoux ou en les utilisant pour sortir le bois de la forêt. Aujourd’hui, il reste moins de 500 000 éléphants sur toute la planète et environ 35 000 seulement en Asie… c’est vraiment triste. J’ai eu la chance de visiter une réserve d’éléphants au Laos, de les laver à la rivière et de me baigner avec eux. C’était une expérience inoubliable et cette histoire raconte l’importance de l’éléphant dans la culture du Laos.

La fille aux cheveux parfumés

Il était une fois une femme, veuve et sans enfant, qui vivait à l’écart d’un village. Son domaine était la forêt et ses amis les animaux lui tenaient compagnie. Pour survivre, elle se nourrissait de plantes diverses, pêchait et buvait l’eau vive de la rivière.
Un jour qu’elle cherchait de quoi se nourrir dans les bois, elle s’aperçut qu’elle avait grand-soif mais qu’elle s’était éloignée de la rivière. Elle vit alors une mare qui s’était formée de la dernière pluie et but tout son soûl. Puis, prenant quelques instant de repos, elle se rendit compte que la mare avait exactement la forme d’un pied d’éléphant. Elle reprit son chemin sans plus y penser.

Quelques mois plus tard, la femme mit au monde une superbe petite fille. Au début, tout le monde fût étonné mais durant tous ces mois, elle avait réfléchi: cette enfant ne pouvait venir que de l’eau bue dans l’empreinte de l’éléphant. Sa petite fille était splendide et détail surprenant, de ses cheveux se dégageait un parfum des plus agréables.
Au village, les langues allaient bon train et bientôt tous surent d’où venait l’enfant. Elle grandit dans l’amour de sa mère mais ne sut jamais la vérité ni pourquoi les enfants se moquaient d’elle en scandant: « La fille de l’éléphant, la fille de l’éléphant! ». Elle en était très peinée mais malgré son insistance, sa mère ne voulait rien lui dire.
Un jour, se sentant mourir, sa mère se décida enfin à lui avouer la vérité.

L’enfant, qui était devenue une belle jeune fille, partit à la recherche de son père, le roi des éléphants. Elle ne tarda pas à le trouver et lui expliqua la situation. Le roi, méfiant, lui imposa alors un test:
– Si tu es vraiment ma fille, tu devras courir sur mes défenses, sans chute et sans faux pas.

La fille réussit le test à merveille à la grande joie de l’éléphant, tout heureux de se trouver une fille. Il lui fit aussitôt construire un immense palais où la jeune fille vécut heureuse les premiers temps, tout en apprenant à connaître son père. Celui-ci l’adorait mais avait interdit l’accès du palais à tout étranger. Sa fille commença bientôt à s’ennuyer et passait des heures au bord de la rivière, à rêver.
C’est ainsi qu’un jour, elle jeta à l’eau deux de ses cheveux à l’odeur si particulière en faisant le voeu d’épouser celui qui les trouverait.
Son père décida à ce moment, de partir à la chasse dans des contrées lointaines. Un jeune prince qui avait trouvé les cheveux se présenta alors à la jeune fille. Ils se marièrent aussitôt et bientôt des enfants vinrent égayer le palais.

Mais le père revint de la chasse après avoir été longtemps absent, et, se souvenant de l’interdiction faite à tout étranger de l’approcher, sa fille cacha mari et enfants dans la forêt pour éviter le courroux de son père. Celui-ci ne s’aperçut de rien mais vint lui annoncer qu’il repartait bientôt chasser.
La jeune femme fit alors revenir sa famille mais, surprise! Son père revint plus tôt que prévu. Il entra dans une colère noire et chassa tout le monde du palais… et le regretta aussitôt. En effet, il n’avait que sa fille, son mari et ses enfants pour famille, et ne voulait pas rester seul. Il pardonna à tous et une grande joie emplit le palais durant quelques mois

Le roi des éléphants, vieillissant et se sentant mourir, fit un jour venir sa fille et lui dit:
– Je vais bientôt mourir mais pour ne pas te laisser dans la peine, dès que je serai mort tu prendras mes défenses et tu les poseras sur la rivière. Aussitôt, celles-ci se transformeront en bateau d’or qui vous emmèneront au bout du monde si vous le souhaitez.
Le deuil passé, la famille embarqua donc sur les deux défenses qui s’étaient transformées en bateaux d’or, comme promis. Mais le malin veillait.

Il existait dans la forêt une méchante sorcière. Celle-ci était amoureuse du jeune prince avant que celui-ci n’épouse la fille aux cheveux parfumés. En reconnaissant les occupants des bateaux sur la rivière, la sorcière décida de se venger.

Elle se changea en fleur de lotus et approcha bientôt du bateau où se trouvait la famille. La princesse, attirée par cette fleur magnifique, se pencha pour cueillir la fleur mais tomba à l’eau et fut aussitôt changée en singe. Quant à la méchante sorcière, elle avait déjà pris la place de la princesses auprès du mari et des enfants.
Si le mari ne s’aperçut de rien, les enfants eux ne reconnurent pas cette femme qui les nourrissait de son sein.
Ils résolurent alors d’aller à la recherche de leur mère… qu’ils ne tardèrent pas à trouver. En effet, en traversant les bois, ils furent intrigués en entendant des pleurs et tombèrent sur un pauvre singe tout éploré. Ils ne tardèrent pas à reconnaître leur mère et celle-ci leur expliqua comment elle pouvait retrouver forme humaine.

Entre-temps, le prince s’était aperçu de l’imposture: les cheveux de sa ‘femme’ n’avait plus cette odeur qui les caractérisait et qu’il aimait tant. Il avait également constaté la disparition de ses enfants. Éploré mais lucide, il fit ligoté la sorcière et attendit quelque temps le retour des enfants. Ceux-ci ne tardèrent pas à revenir et expliquèrent toute l’affaire. Fou de joie, le prince voulut retourner chercher sa femme mais les petits l’arrêtèrent: pour que celle-ci retrouve forme humaine, il fallait d’abord tuer la sorcière et baigner le singe dedans. Aussitôt dit, la jeune femme reprit bientôt forme humaine.

C’est ainsi que le voyage reprit, lentement et gaiement, sur la rivière qui avait failli causer leur perte

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>