Nous quittons le Burkina Faso après 3 semaines mémorables passées dans ce pays qui, visiblement, souffre des images négatives générées par les médias visant à faire peur sur la situation sociale, religieuse, politique ou sanitaire des pays d’Afrique de l’ouest et du sud Sahara. Le Burkina est au coeur d’une zone géographique qui subit ces informations visant à décourager les touristes de se déplacer en Afrique. On nous a parlé de l’ébola, d’une situation politique tendue est risquée ou encore d’un contexte sanitaire trop difficile pour les enfants. Il faut avouer que nous avons douté mais nous avons fait confiance à nos partenaires sur place… et nous ne le regrettons pas ! Autant dire qu’il n’en est rien de toutes ces menaces et qu’il ne faut pas croire ce que racontent les médias. Sur place, les conséquences sont lourdes car l’économie du pays dégringole à cause d’une chute très importante de la fréquentation touristique depuis 2013. Nous avons vu des installations exceptionnelles vides et du personnel au bord de la dépression.

Le Burkina est un pays pauvre, certes, mais il ne doit pas subir une double punition avec de fausses images générées par des médias peu scrupuleux. Le véritable problème que rencontre actuellement le Burkina, c’est la sécheresse qui s’étend et le manque d’eau lié à saison des pluies qui n’arrive pas. La région de Bobo Dioulasso est un peu plus protégée car elle dispose d’une eau de qualité (nous buvons l’eau du robinet). Les nappes phréatiques sont entre 30 et 35 mètres dans les campagnes, ce qui permet de créer des puits. L’est du pays souffre terriblement de la sécheresse. Certains paysages tendent à disparaitre faute d’eau ou à cause de la saison humide qui s’écourte de plus en plus. Le climat de type sahélien au nord s’étend progressivement  vers le sud et la chaleur crée des besoins en énergie importants, ce qui génèrent de longues coupures d’électricité qui paralysent l’économie du pays et les petits métiers de l’artisanat.

Nous avons vécu le Burkina de l’intérieur, en famille avec deux enfants et tout est prêt pour accueillir les touristes de demain ou les bonnes volontés qui souhaiteraient tendre la main pour aider sur place. Les burkinabés sont des gens chaleureux, honnêtes et travailleurs. Tout fonctionne « normalement » dans les villes et la situation politique est stable, même si nous y verrons plus clair après le mois d’octobre lors des nouvelles élections. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rendre au Burkina Faso pour rencontrer ses habitants, ses paysages et ses spécialités avec les simples recommandations d’usages… au delà des idées reçues.